Chapelles‎ > ‎

Chapelle St Just à Plœuc

PARDON : dernier dimanche d’août

LOCALISATION : Lieu-dit Saint-Just, 22150 Plœuc-sur-Lié – GPS : 48.318145, -2.735859

Vue extérieure en 2010
Vue intérieure de l'église paroissiale de Plœuc-sur-Lié

Pardon 2015. Au retour de la procession l'après-midi, devant la chapelle.

HISTOIRE :


Cette chapelle située sur la route de Langast est la dernière survivante des nombreuses chapelles plœucoises. On la date de 1681. Elle porte au-dessus de son entrée principale une pierre armoriée aux deux chevrons comme les armes des seigneurs de Plœuc.

Pourquoi les fidèles de Plœuc-sur-Lié montrent-ils une dévotion particulière à Saint Just dont le pardon fin août fut suivi jusque dans les années 1970 ? Jusqu’en 1920 la messe y était célébrée tous les dimanches, les vêpres y étaient chantées à 15 heures lors du pardon. Ce que l’on sait c’est que parmi les sœurs aidant les prêtres, desservant la paroisse et assurant l’instruction, il y en eut souvent à prendre en religion le nom de « sœur Saint-Just ».

Quel Saint Just vénère-t-on ?

La Statue de Saint-Just que détient la paroisse de Plœuc nous montre qu’il s’agit d’un des saints céphalophores. Le mot « Céphalophore » signifiant « porteur de tête » en grec, désigne des personnages qui ont été décapités mais continuent de vivre, se relèvent, prennent leur tête entre leurs mains et se dirigent vers l’endroit où ils désirent être inhumés. Nous vénérons donc à Plœuc-sur-Lié en sa chapelle Saint Juste de Beauvais, un saint dont l’existence est connue pour faire partie des martyrs de l’époque gallo-romaine. La tradition raconte que Juste, âgé de neuf ans, a été dénoncé comme chrétien, alors qu’il se rendait à Amiens avec son père, pour tenter de sauver un membre de leur famille emprisonné lors des persécutions ordonnées par l’empereur Dioclétien.

Il fut tué tandis qu’il confessait sa foi chrétienne. Quand il fut décapité, Juste prit sa tête détachée de son corps dans ses mains et continua à parler en proclamant sa foi. 

Remerciements à Pierre-Michel Connen.